lundi 23 avril 2012

Comme tous les systèmes de messagerie, Gmail peut ne pas fonctionner...

Sous un titre inquiétant se cache en fait une constatation rassurante concernant la capacité qu'a Google de gérer les inéluctables problèmes techniques.

Suite à un problème technique, Gmail a été indisponible pendant près de deux heures pour près de 10% des utilisateurs mardi dernier (17 avril). Bien que la panne ait pu avoir des conséquences négatives pour les utilisateurs, il est intéressant de noter quelques points afin de les mettre en perspective.

Tout d'abord, le fait que, finalement, deux heures de dysfonctionnements sur 6 mois d'activité (la précédente panne de ce genre remontait à octobre 2011), cela reste relativement négligeable et parfaitement dans les limites couvertes par le SLA de 99,9% de disponibilité garanties aux utilisateurs de Google Apps for Business. Au regard de la fiabilité des systèmes on-premise traditionnels et de leurs sempiternels "arrêts pour maintenance planifiée" ou bien des contre-performances de la concurrence, cette statistique fait plutôt office de bon résultat...

De plus, la transparence est à mettre au crédit de Google, qui a maintenu les utilisateurs informés à travers le tableau de bord dédié.

Enfin et surtout, l'architecture en cloud a prouvé son efficacité puisque durant l'interruption, ce ne sont pas tous les utilisateurs qui ont été privés de messagerie mais une proportion limitée (en l'occurrence, les problèmes se sont concentrés sur le continent américain, laissant les utilisateurs européens relativement à l'abri). Cela signifie que la messagerie n'était pas éteinte pour tout le monde et que donc, contrairement à ce qui se serait passé dans une entreprise où, lorsque le serveur de messagerie tombe, tout le monde en pâtit, une partie de l'activité des entreprises concernées a pu être maintenue.

En conclusion et à titre de leçon pour les utilisateurs de Google Apps, le recours à des solutions de sauvegarde offline des messages (que ce soit au moyen de Chrome, Thunderbird, Outlook Express ou bien, de manière plus industrialisée, au moyen d'applications telles que celles de SysCloudSoft) constitue une manière simple et efficace de limiter les dommages dûs à l'indisponibilité de Gmail, aussi peu souvent que cela puisse se produire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire