lundi 23 janvier 2012

A qui les Google Apps ne conviendront-elles pas?

Un Français se retrouverait-il au Paradis qu'il trouverait probablement une raison de se plaindre. Alors avec une application informatique...

Entre l'accroche marketing qui laisse entendre que Google Apps est LA solution universelle pour répondre aux besoins de toutes les entreprises et le bon sens qui nous dicte que la perfection n'est pas de ce monde, quelle est la réalité? Au-delà des nombreux avantages qu'apportent les Google Apps, quelles sont les situations dans lesquelles il est objectivement plus judicieux de ne pas implémenter cette solution?
Depuis que nous sommes partenaires Google Apps, il nous est arrivé de préconiser des solutions alternatives dans les cas de figure suivants:
  • Lorsque notre client envisageait de concurrencer ou de se faire racheter par Google. Dans ce cas, même si le risque reste faible, la tentation, pour des employés de Google, d'essayer d'accéder aux données stockées peut être substantielle et, sans présumer de l'intégrité des employés concernés, il paraît plus raisonnable de ne pas leur faciliter la tâche en allant stocker ces informations sur leurs serveurs (même si l'accès à ceux-ci est fortement contrôlé).
  • Lorsqu'une société réalise quasiment toute son activité dans un pays dont l'accès à Internet, et a fortiori, à Google et ses services, peut être limité ou interrompu pour des raisons politiques. Dans ce cas, même si les solutions alternatives seront potentiellement aussi impactées, le recours à une solution hébergée en interne donnera plus de souplesse pour contourner les restrictions, ou, tout au moins, assurer un service minimum localement. Si le risque de coupure d'Internet est négligeable mais qu'il faut prévoir de traiter avec une censure des communications, alors la mise en place d'un VPN pourra sécuriser l'accès aux Google Apps dans les bureaux à risque. 
  • Théoriquement, si une organisation envisage d'avoir des activités terroristes ou pédophiles, elle ne doit pas compter sur Google pour refuser de remettre le contenu de ses e-mails aux autorités compétentes (de par le monde) qui le réclameraient en bonne et due forme. Google est transparente sur ce thème et, personnellement, cela me réjouit. 
  • Une organisation qui requiert de pouvoir envoyer et recevoir des exécutables par e-mail aura quelques difficultés à utiliser Google Apps puisque, par mesure de protection anti-virus, les messages entrants et sortants sont systématiquement purgés des fichiers exécutables. Des solutions alternatives (et par ailleurs, plus efficaces que l'e-mail pour ce type d'usage) peuvent être employées mais, strictement parlant, ce sera en contournant la solution de messagerie. 
Avez-vous d'autres suggestions?

2 commentaires:

  1. Active Directory est très présent dans les Grands Comptes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé d'avoir posé la question deux fois: je vois que vous m'avez répondu dans le sujet sur les Grands Comptes...

      Supprimer